• fr

Grève du rail du 9 octobre 2015 : le travailleur (non) gréviste a-t-il droit à son salaire ?

Catégorie : Actualité sociale   Date : 9/10/2015

Le 9 octobre 2015, le syndicat socialiste des cheminots a lancé une grève de 24 heures dans son district de Bruxelles. Ces actions ont peut-être eu un impact sur l'organisation de votre entreprise. Il se peut en effet que certains travailleurs aient participé à ce mouvement ou que d'autres n'aient pas pu entamer ou poursuivre leur travail en raison de la grève.

  1. Le travailleur gréviste a-t-il droit à son salaire ?

    Le travailleur qui s’est absenté du travail pour participer à la grève, n’a pas droit à son salaire. Les travailleurs grévistes peuvent en revanche s’adresser à leur organisation syndicale pour obtenir une indemnité de grève.
  2. Le travailleur non gréviste a-t-il droit à son salaire ?

    • Le travailleur non gréviste ne peut pas entamer le travail

      Le travailleur non gréviste qui ne peut pas commencer à travailler en raison du mouvement de grève, n’a pas droit à son salaire (garanti).

      Ces travailleurs peuvent cependant prétendre à des allocations de chômage si le Comité de gestion de l’ONEM donne son autorisation. Il existe une double condition pour l’octroi de cette allocation :
      • Le travailleur ne peut pas appartenir à l'unité de travail dans laquelle se trouvent des travailleurs grévistes ;
      • Le travailleur ne peut pas avoir un intérêt à l'aboutissement des revendications des grévistes.
      Aux travailleurs qui en font la demande, l’employeur doit remettre un formulaire de chômage C.3.2.-Employeur et un formulaire de contrôle C.3.2.A.

    • Le travailleur non gréviste arrive trop tard ou ne se rend pas au travail

      Le travailleur non gréviste qui arrive trop tard ou ne se rend pas au travail, en raison de ce mouvement de grève, ne peut pas prétendre à son salaire journalier garanti pour les heures perdues. Ce mouvement de grève a en effet été annoncé clairement via différents canaux (médias). Le travailleur aurait donc pu prendre les mesures nécessaires.

      Le travailleur qui ne trouve aucune solution pour se rendre au travail peut choisir de prendre congé.