• fr

La Wallonie rejette le décret de « mystery calls »

Date : 4/05/2018

Comme nous vous l’avions annoncé dans notre flash du 29/12/2017, depuis le 1/1/2018, les inspecteurs de l'emploi régionaux à Bruxelles peuvent prendre contact, par courrier, par voie électronique ou par téléphone et sous une fausse identité, avec un employeur ou une personne de l’entreprise afin de vérifier l'absence de discrimination en matière d'emploi. Des tests de discrimination peuvent être effectués à cet effet.

Des candidatures similaires, variant sur un seul critère qui pourrait donner lieu à de la discrimination (par exemple âge, origine, sexe, etc.), sont donc envoyées à un employeur. Des « mystery calls » peuvent également avoir lieu, afin de contrôler si un employeur ou un autre membre de l'entreprise répond ou non à une question discriminante d'un client potentiel.

Ces tests ne peuvent toutefois pas être effectués au hasard, mais devront l'être suite à des plaintes ou à des notifications.

Ce mercredi 25 avril 2018, le Parlement wallon a rejeté une proposition de décret déposé par l’opposition qui visait à appliquer ce règlement en Wallonie.

Source :

  • Parlement wallon, décret n° 910 (2017-2018), n° 2, Session 2017-2018, du 27/03/2018