• fr

Travail un jour férié : quelques règles à respecter !

Catégorie : Actualité sociale   Date : 3/05/2013

Au mois de mai, les travailleurs ont droit à plusieurs jours fériés, à savoir : la Fête du Travail le 1er mai 2013, l’Ascension le 9 mai 2013 et le Lundi de Pentecôte le 20 mai 2013. Vous trouverez ci-dessous un bref rappel des principales règles à respecter dans ce cadre.

1. Travail un jour férié 

En principe, on ne peut pas travailler un jour férié ou un jour de remplacement d’un jour férié. Dans certains cas, il est toutefois possible de déroger à cette interdiction. Le principe est que si le travailleur peut travailler le dimanche, il pourra aussi travailler les jours fériés. Si c’est le cas et si le travailleur est occupé un jour férié, il aura droit à un repos compensatoire.

2. Octroi d’un repos compensatoire 

Le repos compensatoire pour un travailleur à temps plein est octroyé de la manière suivante :

  • Si le travail effectué le jour férié (ou le jour de remplacement du jour férié) a duré plus de 4 heures, le repos compensatoire sera d’un jour complet ;
  • Si le travail effectué a duré 4 heures ou moins, le travailleur aura droit à un demi-jour de repos compensatoire. Ce repos compensatoire devra être octroyé avant ou après 13h.

Pour les travailleurs à temps partiel qui travaillent le jour férié, le repos compensatoire est égal à la durée réelle du travail effectué le jour férié. 

Le repos compensatoire pour le travail presté un jour férié doit être accordé dans les 6 semaines qui suivent le jour férié. 

3. Salaire du jour férié

Le salaire du jour férié ou du jour de remplacement doit correspondre au salaire que le travailleur aurait reçu s’il avait travaillé effectivement ce jour-là. Ce salaire comprend le salaire de base, ainsi que tous les avantages en nature et les primes. 

Si le travailleur effectue des prestations un jour férié, celles-ci ne lui donneront pas forcément droit à une prime ou à un sursalaire, sauf si cela a été prévu spécialement dans le secteur ou l’entreprise. Il convient par ailleurs de contrôler si le travail effectué le jour férié ne représente pas des heures supplémentaires donnant droit à un sursalaire.

Le salaire pour le jour de repos compensatoire doit lui aussi être égal au salaire normal que le travailleur aurait reçu s’il avait travaillé effectivement ce jour-là (salaire de base, y compris primes et autres avantages).

Source :

  • Loi du 4 janvier 1974 relative aux jours fériés, M.B. 31 janvier 1974.